Attention aux plantes toxiques ! (première partie)

On ne le croirait pas forcément puisque nous vivons dans des contrées peu réputées pour leurs plantes et/ou insectes vénéneuses, et pourtant, de nombreuses plantes que nous voyons tous les jours sont (très) toxiques pour nos chevaux. L’Europe compte pas moins de 80 ( !) plantes toxiques, et les cas de chevaux empoisonnés ne sont malheureusement pas rares, comme nous le rappelle tristement le cas de cet éleveur néerlandais, qui a perdu quatre juments en une seule journée suite à l’ingestion de Grande Digitale, qui s’est probablement retrouvée dans le foin.

Comment éviter ?

Comment éviter l’ingestion de plantes toxiques ? Le plus important est de bien contrôler les prairies et le foin de votre cheval. Malheureusement, éliminer les plantes indésirables, une fois qu’elles ont élu domicile sur votre pré, n’est pas évident. Un entretien méticuleux et régulier de vos prairies (pour des suggestions, voir notre article) est un excellent moyen de prévenir et/ou de détecter les indésirables. Veillez à ce qu’il y ait toujours suffisamment d’herbe, car non seulement l’absence d’herbe donne l’occasion aux indésirables de pousser : votre cheval sera également plus vite tenté d’en manger s’il n’a rien d’autre. Si vos prés ou paddocks ne sont pas bien garnis, pensez à prévoir du foin.

Cela va de soi, mais veiller à ne pas planter de plantes toxiques dans la vicinité des animaux, ne leur donnez jamais de déchets de jardinage ou ne les jetez pas dans la prairie. Les plantes perdent leur amertume en séchant et seront plus facilement ingérés. N’achetez votre foin que chez des fournisseurs fiables et ne laissez pas votre cheval brouter en promenade.

Si votre prairie souffre d’une invasion de plantes indésirables, la meilleure option est souvent de défricher et retourner votre pré et de semer une nouvelle couche d’herbe.

Que faire en cas d’ingestion ?

Les symptômes les plus fréquents d’une intoxication sont : troubles digestifs, gonflements, irritations de la peau, troubles respiratoires, tremblements, coliques, salivation excessive, troubles d’équilibre, paralysie. Il y a deux types d’intoxication : en cas d’intoxication aigue, votre cheval présentera des symptômes soudains et souvent violents immédiatement après l’ingestion. Lors d’une intoxication chronique, les toxines se sont accumulés dans le corps de votre cheval. Les symptômes apparaitront plus progressivement et seront moins clairs dans le stade précoce.

Si vous pensez que votre cheval pourrait être intoxiqué, que votre cheval présente un comportement anormal ou des symptômes possibles, appelez immédiatement votre vétérinaire qui pourra établir un diagnostic et démarrer un traitement. Au plus tôt vous faites venir un vétérinaire, le plus de chance votre cheval aura-t-il de se rétablir. Retracez les déplacements de votre cheval (quelle prairie, à quels endroits dans la prairie a-t-il brouté, où vous êtes vous arrêté en promenade,…) et essayez de trouver la plante et la quantité ingérée, cela aidera votre vétérinaire à poser un diagnostic plus rapide. La rapidité d’action est essentielle !

Un bon conseil pour contrôler les plantes dans votre prairie ou, en cas d’ingestion, de trouver la plante causant les symptômes est d’installer une application de reconnaissance de plantes tel que Pl@ntnet ou Obsidentify !

Dans la suite de cet article, nous rédigerons une liste (non exhaustive) de plantes toxiques pour les chevaux.

Vous avez des suggestions à propos de ce sujet ? Un témoignage à partager ? Faites-le nous savoir dans les commentaires, et nous le(s) partagerons dans un prochain article !

Vous devez vous connecter pour lire les éventuels commentaires à cet article.

Créer un compte ou Se connecter (si vous avez déjà un compte)

Membres

5239

photos

2058

likes

2280