Alimentation

Abreuvement au pré : comment veiller à la qualité de l’eau ? (1/2)

Si tous les chevaux n’ont pas accès au pré tout au long de l’année, la plupart d’entre eux profitent du pâturage pendant l’été. Que votre cheval soit au pré pendant une heure, une demi-journée ou jour et nuit, il est impératif de lui assurer l’accès continu à de l’eau propre. Par ces températures de canicule, faites bien attention à l’abreuvement de votre fidèle compagnon !

Comment veiller à la qualité de l’eau d’abreuvement ?

1. Un abreuvoir/une bassine propre

Que votre cheval ait un abreuvoir automatique ou un réservoir à remplir, une première chose très importante est de bien nettoyer son abreuvoir. Veillez à ce que l’abreuvoir ne soit pas pollué par des excréments, faites attention à l’usure et à l’oxydation de l’abreuvoir et veillez bien à ce que l’eau ne stagne pas.

2. La provenance de l’eau

Pour vous assurer d’une eau fraîche, il est bien sûr important de vérifier la qualité de l’eau. Vérifiez bien la provenance de l’eau : eau de ville, eau de source ou autre. Les eaux de surface (mares, cours d’eau…) sont à déconseiller, particulièrement pendant cette période de chaleur. Il s’agit d’une eau stagnante, potentiellement polluée par des facteurs extérieurs et en tout cas sensible à une contamination de bactéries, de sulfure et de botulisme. Soyez particulièrement vigilants à la formation d’algues bleues dans toutes les eaux stagnantes (eaux de surface ou bassines) par ces fortes chaleurs !

L’eau de puit ou de source, plus sûre que l’eau de surface et moins chère que l’eau de ville, demande également un contrôle strict de la qualité. Les puits peu profonds (jusqu’à 15 mètres) présentent plus de danger de contamination, alors que les puits plus profonds peuvent contenir de l’eau au taux en métaux élevé – au goût peu apprécié des équidés qui seront moins tentés d’en boire.

L’eau la plus sûre pour votre cheval demeure l’eau de robinet. Elle est soumise à des normes légales très strictes et à des contrôles constants. Notez toutefois que la qualité de l’eau n’est garantie qu’à son point d’arrivée, et qu’une contamination demeure possible à cause de conduits, de récipients ou d’abreuvoirs mal entretenus, ou encore de la stagnation de l’eau.

3. Les conditions extérieures

Si l’abreuvoir est propre et la qualité de l’eau bonne, il faut aussi bien veiller aux conditions extérieures. Vérifiez l’abreuvoir, son environnement direct et l’état de l’eau à chaque fois que vous allez chercher votre cheval en prairie. Cela vous permettra aussi de détecter un manque d’eau immédiatement. Un premier contrôle de la qualité de l’eau se fait à l’œil et à l’odeur. Si vous hésitez, prenez un échantillon que vous laissez reposer dans une bouteille pendant un quart d’heure. Vous constatez un changement de couleur ou le dépôt de résidus ? Prévenez le gérant de l’écurie, appelez votre vétérinaire ou contactez un service de contrôle pédologique.

Si vous désirez un contrôle plus approfondi (constitution chimique, pollution bactérielle…), contactez un service professionnel ou consultez votre vétérinaire.

 

Une question? Une remarque? Commentez l'article :)

Merci à Kim pour cet article

 

Lire la suite : Quels sont les dangers de l'abreuvement au pré ?

Vous devez vous connecter pour lire les éventuels commentaires à cet article.

Créer un compte ou Se connecter (si vous avez déjà un compte)

Membres

5092

photos

2030

likes

2244