Métier

Le métier de maréchal-ferrant, une passion

« Pas de pied, pas de cheval ». Dans le monde équestre, tout le monde connaît cette expression. Un maréchal-ferrant est indispensable au bien-être de nos chevaux. Justin Cordy a expliqué son métier à moncheval.net.

Justin Cordy exerce son métier de maréchal-ferrant depuis 7 ans. Aujourd’hui âgé de 25 ans, Justin exerce principalement en région wallonne, en Belgique. Parrage, ferrage, ferrage orthopédique, pour des chevaux, des poneys, des ânes ou encore des chevaux de trait : Justin a la passion de son métier.

Quelle(s) formation(s) as-tu suivie(s) ?

J’ai suivi la formation « traditionnelle » de maréchalerie : 3 ans de cours à l’école de maréchalerie de Bruxelles. Au programme : des cours d’hippologie, de maréchalerie (fers français, fers anglais, fers correcteurs), ainsi que deux stages auprès de professionnels !

Quel est ton rôle en tant que maréchal-ferrant ?

En tant que maréchal-ferrant, mon rôle est d’entretenir et de protéger les sabots des chevaux. Cette tâche peut prendre différentes formes : du simple parage (couper l’excédant de corne de chevaux à pieds nus) au ferrage de chevaux de loisir, de travail ou de sport. La ferrure doit être adaptée au cheval et à son activité.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton métier ?

« Ce que j’apprécie dans mon métier ? Ce n’est pas compliqué : tout ! »

La maréchalerie est un milieu passionnant et même en tant que professionnel, on en apprend tous les jours. Chaque parage et chaque ferrage accompli est différent. C’est vraiment un métier de passion pour des passionnés.

On voit parfois des chevaux avec des fers spéciaux, des « plaques » spéciales. Quel est le rôle de ce genre de ferrure ?

Moi, j’utilise essentiellement des fers en acier que je travaille à chaud ou à froid, afin de les adapter à la forme unique des pieds de chaque cheval. Cependant, il arrive parfois que ce ne soit pas suffisant : en cas de boiterie, de problèmes d’aplombs ou encore d’une pathologie particulière par exemple. Pour rectifier cela, nous pouvons avoir recours à un ensemble de fers comme par exemple des fers en aluminium, plus légers pour le cheval, ou différentes plaques (en plastique, en cuir, en latex…) fixées au fer. Ces plaques permettront d’offrir un amortissement supplémentaire au cheval.

As-tu des conseils à donner aux membres de moncheval.net en ce qui concerne les pieds de leurs chevaux ?

Le conseil que je peux donner aux cavaliers et autres amoureux des chevaux est que « s’il n’y a pas de pied, il n’y a pas de cheval ». Il est donc très important de prendre soin des pieds de vos chevaux. Les graisser régulièrement, et surtout en période sèche, les curer avant et après le travail pour vérifier que rien n’y est coincé, laisser respirer la fourchette et enfin ne pas hésiter à faire venir son maréchal régulièrement afin d’assurer un suivi et surtout d’éviter des problèmes.

Retrouvez Justin Cordy sur moncheval.net et sur sa page Facebook Justin Cordy Maréchal-Ferrant

Vous devez vous connecter pour lire les éventuels commentaires à cet article.

Créer un compte ou Se connecter (si vous avez déjà un compte)

Membres

6778

photos

2070

likes

2326