Disciplines | Divers | Complet | Dressage

Les conseils de Corentin Pottier pour préparer les concours de dressage

Corentin Pottier est un cavalier de dressage français. Âgé de 26 ans, son palmarès est déjà bien fourni : 5 titres de Champion de France,2 participations aux Championnats d’Europe et des dizaines de victoires en épreuves nationales et internationales. Donc les concours, ça le connaît. Il nous explique comment préparer ses concours de la meilleure manière possible.

Cavalier chez Pamfou Dressage (France), Corentin a commencé sa saison 2020 sur les chapeaux de roue : engagé sur le Concours International du Mans (France) du 13 au 16 février, il a gagné aussi bien la Saint-Georges que l’Inter I avec son cheval de tête, Gotilas du Feuillard (Totilas x Ferro).

« Une bonne préparation pour le concours doit s’effectuer en amont. »

« La préparation du concours commence par se poser les bonnes questions en début de saison : quelles épreuves vais-je chercher à présenter avec mon cheval ? Le même niveau que la saison passée ou un cran au-dessus ? »

Aller plus haut

« La tentation peut être grande de toujours chercher à aller plus haut, plus vite, mais il ne faut jamais oublier qu’un concours est un révélateur de ce qu’on sait faire à l’instant T. Par exemple, il est inutile de se lancer sur une Amateur 1 Grand Prix sans avoir des changements de pied confirmés. Une telle prise de risque peut s’avérer être une source de stress pour le cavalier mais également pour le cheval, et donc impossible de prester. »

Sans toujours chercher la perfection, Corentin pense qu’il faut être réaliste quant au couple cavalier-cheval et ses capacités, et savoir aborder un niveau adéquat en concours. Ainsi, cavalier et cheval seront plus sereins et pourront s’exprimer au mieux.

Un début de saison prometteur

« Pour mettre en parallèle avec mon début de saison », dit-il, « mon cheval aborde tous les mouvements du Grand Prix de façon isolée, mais, aussi bien pour lui, car il est encore jeune, que pour moi, nous concourrons sur le Petit Tour ».

Ainsi, Corentin cherche à prendre de l’expérience et de la sérénité en concours, avant de monter d’un cran, peut-être en fin de saison.

Concourir un niveau en dessous de celui dont le cheval est capable « à la maison » ne veut pas dire ne plus travailler les mouvements plus compliqués, mais là réside la subtilité des concours et de leur préparation.

Se connaître soi-même, connaître son cheval

Un autre aspect à ne pas négliger dans la préparation des concours, selon Corentin, c’est la connaissance, d’abord de soi-même, mais aussi de son cheval. Certains chevaux doivent être rassurés pendant un concours, d’autres ont plus besoin de motivation. Certains auront besoin d’une détente plus courte et intense alors que d’autres préfèreront une détente longue et ponctuée de pauses.

A vous d’apprendre à écouter votre cheval, et à le connaître, aussi sur les pistes de concours.

La préparation du cavalier, le jour-J, est également inhérente à chaque individu : certains auront beaucoup de stress, qu’il faudra apprendre à gérer, d’autres pas du tout. Se connaître est la clé.

Avant et pendant la reprise

Corentin ajoute qu’il en va de même pour le cavalier : « il ne faut pas croire qu’il y a un moule idéal dans lequel se trouver avant un concours ». Lui, il aime prendre du temps seul avant une reprise, afin de se concentrer sur ce qu’il doit faire. Il visualise sa reprise foulée après foulée : entrée au galop, arrêt en X, départ au trot. Il s’assure d’être bien droit et en avant pendant l’entrée. Trois foulées avant X, il recontrôle l’équilibre et prépare son arrêt, en prenant soin de contrôler le postérieur externe. Il profite de l’arrêt pour souffler une dernière fois, puis enchaîne avec le départ au trot bien droit sur ses deux rênes.

C’est ce type de visualisation qui aide Corentin avant d’effectuer sa reprise. Là encore, il ne se voile pas la face, mais il imagine toujours une reprise sans faute. Pour les exercices qui pourraient poser problème, Corentin a également un truc : « Si je sais par exemple que tel changement de pied peut être difficile car le cheval a tendance à se tordre juste avant, je m’imagine comment préparer et demander l’exercice de façon optimale pour que tout se passe bien ».

 

Une fois que vous aurez mis les conseils de Corentin en pratique, servez-vous de notre checklist de concours pour ne rien oublier !

Suivez Corentin sur la page Facebook et le compte Instagram de Pamfou Dressage.

Vous devez vous connecter pour lire les éventuels commentaires à cet article.

Créer un compte ou Se connecter (si vous avez déjà un compte)

Membres

5261

photos

2063

likes

2323